notre histoire


Lucinda Davis dans  random  2015 - Photo: Tristan Brand

Lucinda Davis dans random 2015 - Photo: Tristan Brand

IMAGO ABÉCÉDAIRE

A

Andrés Hausmann fonde Imago en 1987. Déjà, la compagnie présente des œuvres audacieuses du répertoire international.

B

Sous la direction d’Andrés et tout au long de son histoire, Imago Théâtre présente fièrement un visage bilingue, en produisant des pièces anglophones et francophones, favorisant la collaboration entre les artistes des deux communautés linguistiques.

C

Au cours de ses premières années d’existence, Imago rassemble les meilleurs artistes anglophones et francophones du Québec pour entreprendre des créations collectives nourries par le croisement de l’esthétique de ces deux cultures.

D

Andrés quitte la compagnie en 1996 vers d’autres horizons artistiques. Imago connaît alors de graves difficultés, entraînant un déclin de son financement public.

E

En 2000, Clare Schapiro entre en fonction à la direction artistique d’Imago Théâtre.

F

Clare, fondatrice et ancienne directrice de Créations Etc. et Theatre 1774, apporte chez Imago Théâtre ses vingt ans d’expérience. Clare axe alors sa programmation sur des histoires inspirées du vécu des femmes, ce qui deviendra le fondement de la nouvelle identité d’Imago.

G

Clare met sur pied un projet visant à renforcer la communauté théâtrale anglophone montréalaise en partageant un lieu et des ressources avec d’autres compagnies indépendantes. Le projet devient le Groupe des 5+, un pôle prometteur pour cinq compagnies : Imago Théâtre, Repercussion Theatre, Playwrights’ Workshop Montréal, Geordie Theatre et Talisman Theatre.

H

Sous la direction de Clare Schapiro, Imago fait une place d’honneur aux plus brillants auteurs dramatiques québécois et canadiens, dont Bryden MacDonald, Greg MacArthur et Carole Fréchette.

I

Le mandat d’Imago comporte la promotion d’une vision inclusive du Québec en jetant des ponts entre les communautés anglophone et francophone, en produisant en français et en anglais des auteurs anglophones comme Michael Mackenzie (The Baroness and the Pig), Elyse Gasco (Bye Bye Baby) et en produisant en anglais un auteur francophone, comme Pierre-Michel Tremblay (Champ de Mars). En 2008, The Baroness and the Pig reçoit le prix AQCT du meilleur spectacle anglophone.

J

Durant la saison 2011-2012, Imago se joint à la compagnie écossaise Stellar Quines Theatre pour commander et produire en partenariat le spectacle ANA, coécrit par l’auteure écossaise Clare Duffy et l’auteur québécois Pierre-Yves Lemieux, dans une mise en scène de Serge Denoncourt.

K

Clare Schapiro élargit sa programmation d’activités pour mettre en place un kiosque de la mise en scène où des praticiens émergents du théâtre collaborent pour approfondir leurs connaissances (knowledge) et leurs pratiques artistiques.

L

Sous le leadership de Clare, Imago regagne la confiance des trois conseils des arts, obtenant graduellement une subvention au fonctionnement des instances fédérale, provinciale et municipale.

M

En janvier 2011, Micheline Chevrier se joint à l’équipe comme directrice associée. En collaboration avec Clare, Micheline contribue à reformuler la mission de la compagnie et à solidifier son infrastructure en créant de nouveaux postes dans son équipe et à accroître la part de son financement privé.

N

La vaste expérience de Micheline comme directrice artistique, dramaturge, metteure en scène et enseignante, avec des compagnies et organismes comme les Centre National des Arts, Alberta Theatre Projects, Globe Theatre, Manitoba Theatre Centre, Canadian Stage, Young People’s Theatre, Théâtre français de Toronto, Centaur Theatre, Segal Centre, Geordie Productions, Theatre New Brunswick, Great Canadian Theatre et BeMe Productions (Barcelone et Munich), étend le rayonnement et la réputation d’excellence artistique d’Imago à l’échelle nationale.

O

En juillet 2013, Micheline devient la directrice artistique et générale d’Imago. Elle précise la mission de la compagnie en la focalisant sur des histoires témoignant d’une perspective féministe. Sous sa direction, Imago ouvre de nouvelles portes, établit de nouveaux liens avec des compagnies de théâtre d’ici et de tout le pays, ainsi que d’importants partenariats avec des organismes communautaires du Grand Montréal.

P

Imago Theatre met en place sa politique Payez-ce-que-vous-voulez dans une volonté de démocratiser l’accès aux arts, notamment, au théâtre.

Q

Guidé par la vision critique de Micheline, le travail d’Imago remet en question le statu quo et n’hésite pas à aborder des enjeux sociaux pressants. Les spectacles de la compagnie traitent de sujets actuels, comme le racisme endémique et la violence des jeunes (random), les disparitions et meurtres de femmes autochtones (Pig Girl), la guerre et la violence faite aux femmes (Have We Forgotten Yet?, If We Were Birds), et tout récemment, le nationalisme étroit, les préjugés et la propagande (Intractable Woman). Sous sa direction, les productions d’Imago présentent une esthétique distinctive, provocante et tranchante. Les histoires abordent des questions sur la nature humaine, la politique, les jeux de pouvoir et le traitement fait aux femmes et aux groupes marginalisés.

R

À travers sa programmation, son travail de sensibilisation et sa structure organisationnelle, Imago s’engage à promouvoir une représentation équitable. Imago est convaincu qu’un tel engagement envers l’équité et l’inclusion ne peut que profiter à l’art et à la communauté.

S

Imago s’affirme comme un pôle pour les artistes émergents et établis de Montréal toutes disciplines confondues en soutenant les artistes au fil des étapes de leur développement par du mentorat et des résidences.

T

Imago Théâtre tient des « tête-à-tête » publics après chaque représentation pour susciter des échanges enrichissants avec les spectateurs. Ces discussions sont souvent animées par un conférencier de la communauté montréalaise invité pour sa perspective particulière sur le sujet de la pièce.

U

En 2016, Imago Théâtre reprécise sa mission et rédige un manifeste qui unifie ses objectifs artistiques : Imago Théâtre est un lieu catalyseur, propice aux discussions, militant pour une représentation équitable : un pôle qui abrite des histoires de femmes indomptables (unstoppable).

V

Imago est un lieu rassembleur pour les artistes de Montréal. Au cours de ses 30 ans d’existence, son travail fut salué par la critique et le public. La compagnie inspire confiance et créativité chez sa communauté, son personnel et tous ses partenaires. L’apport d’imago est précieux et vital.

W

Imago s’engage maintenant à produire des œuvres centrées sur des femmes (women) indomptables dans une pratique artistique féministe.

X

Comme compagnie engagée envers l’équité et l’inclusion, les histoires d’imago cherchent à lutter contre la xénophobie (hostilité envers les étrangers, envers ce qui est étranger) par des techniques narratives qui suscitent la discussion, la pensée critique et encouragent l’empathie chez les spectateurs.

Y

Imago offre ARTISTA, un programme de mentorat (youth mentorship) dédié aux jeunes femmes. Ce programme contribue à bâtir une communauté de jeunes femmes tout en soutenant leurs premiers pas dans la carrière de leur choix. L’engagement d’Imago Théâtre envers les jeunes à travers ARTISTA, les résidences d’artiste et les partenaires communautaires témoigne d’un réel investissement dans l’avenir de la communauté artistique et montréalaise.

Z

Imago Théâtre manifeste une tolérance zéro envers l’injustice, les inégalités et l’étroitesse d’esprit. Cette philosophie anime le travail visionnaire, engagé politiquement et toujours en évolution de la compagnie.