If We Were Birds 


De Erin Shields
Du 9 au 19 octobre 2013
Au Centaur Theatre dans le cadre Brave New Looks

 

Winner of the 2013 Governor General’s Literary Award for Drama
Nominated for 9 METAwards
Winner of a METAward for Outstanding Professional Production and for Outstanding Sound Design (Peter Cerone)


Amelia Sargisson joue son rôle avec finesse, conviction et justesse… La mise en scène de Micheline Chevrier est fluide et met le texte en valeur. Sa direction d’acteurs magnifie les personnages. Le décor conçu par Diana Uribe est ingénieux.
— Le Voir

If We Were Birds

[Une] pièce saisissante. Toute la distribution était éblouissante dans cette production intense et perturbante. Le décor vif et cauchemardesque, et le chœur d’épouvante éthéré complètent l’expérience…
— Bloody Underrated

If We Were Birds est un regard bouleversant, sans compromis, sur les horreurs de la guerre, donnant la parole à une femme longtemps tenue au silence et mettant en lumière les millions de femmes victimes de la violence. Adaptation profondément touchante et riche en réflexions du chef-d’œuvre d’Ovide, “Térée, Procné et Philomèle”, la pièce couronnée de prix d’Erin Shields constitue un courageux commentaire sur les conflits contemporains et leurs conséquences à travers la vision de la tragédie grecque.

Équipe de création: Leslie Baker (Mouvement), Peter Cerone (Environnement sonore), Micheline Chevrier (Mise en scène), Danielle Desormeaux (Musique et direction musicale), Natasha Greenblatt (Assistance à la mise en scène), Kate Hagemeyer (Assistance à la régie), Adam Provencher (Assistance au décors), Robert Thomson (Éclairage), Diana Uribe (Décors et costumes)

If We Were Birds est une vraie récompense. Le brio de l’expérience esthétique –les lumières, le son et le décor – correspondait parfaitement à la beauté et l’horreur de l’histoire racontée.
— The Link

Avec: Lauryn Allman, Deena Aziz, Stefanie Buxton, Shiong-En Chan, Chip Chuipka, Nico Racicot, Amelia Sargisson, Clare Schapiro, Warona Setshwaelo

D’habitude, rien ne parviendrait à me garder assise face à l’horreur du sujet abordé, et c’est là que Micheline Chevrier appose son inimitable signature. Les histoires sont tressées avec un mélange si délicat de mouvement et de musique qu’elles ont un effet hypnotique sur le public.
— Rover Arts
 
“Je suis attirée par les histoires archétypiques parce que ce sont des versions distillées de nos histoires contemporaines. Je savais que je voulais écrire sur la violence sexuelle, pour tenter de mieux comprendre pourquoi cet acte perpétuel et horrible se produit sans relâche sur une échelle de masse, en particulier pendant les temps de guerre. Une histoire contemporaine ne semblait pas être un réceptacle suffisamment grand pour mener cette enquête. Térée, Procné et Philomène d’Ovide présente une histoire apparemment simple sur les dangers de suivre ses passions, poussé par le désir ou la vengeance. La morale de l’histoire est “ne le faites pas”. Dans le cadre de cette histoire, j’ai pu discuter des complexités de la passion humaine et des dangers de s’abandonner à la réalité dionysienne du corps au lieu de la structure apollonienne de l’esprit.”
— Erin Shields
 
 
Sed purus sem, scelerisque ac rhoncus eget, porttitor nec odio. Lorem ipsum dolor sit amet.
— Pablo